Organisation des études

Partager

Depuis la réforme de septembre 2015, les études de masso-kinésithérapie durent quatre années réparties sur deux cycles. Chaque année de formation comprend des Unités d’Enseignement (UE) délivrées par l’IFMK et des apprentissages cliniques, réalisés en stage, auprès de patients.

Présentation générale

Le cursus de formation représente 3450 heures, soit 2000 heures de cours théoriques et pratiques dispensés à l’école et 1470 heures de formation clinique réalisée au sein des hôpitaux et cabinets libéraux. Le travail personnel est estimé à plus de 3000 heures pour la totalité de la formation.

 

Les dispositions réglementaires définissent le cadre de la formation dispensée à l’EFOM. Le cursus d’études repose sur une formation aux compétences tout au long des quatre années. Consultez le référentiel de compétences (PDF 406 KO).

La formation dispensée à l’EFOM perpétue l’esprit initial d’une institution centenaire, tout en proposant des approches pédagogiques innovantes, en raison de l’évolution des connaissances, des pratiques et des compétences reconnues à la profession de masseur-kinésithérapeute. Le processus d’universitarisation voulu par la réforme est mis en œuvre au travers du projet pédagogique actuel.  

 

Du projet pédagogique au dispositif de formation

Notre projet pédagogique vise le développement d’un sens clinique, d’une pratique manuelle et d’un esprit critique fondés sur des connaissances solides. Notre volonté est que chaque étudiant puisse prendre les décisions thérapeutiques appropriées à la situation des patients et développe les habiletés gestuelles et les attitudes professionnelles adaptées à l’exercice de la kinésithérapie.

L’accompagnement de l’étudiant dans sa formation fait partie de nos préoccupations et fait l’objet de dispositifs diversifiés. Le projet pédagogique est présenté lors des conseils pédagogiques, et se traduit par quatre années d’études qui totalisent 2000 heures d’enseignement et 1470 heures de stages cliniques.

Chaque étudiant effectue un parcours de stages permettant d’aborder les principales disciplines où intervient le kinésithérapeute : traumatologie, rhumatologie, neurologie, pneumologie, gériatrie, pédiatrie, cardiologie… Les terrains de stages se répartissent au sein de structures diverses, hôpitaux, centres de rééducation et cabinets libéraux, à Paris et en province.  

 

Depuis la réforme de septembre 2015, le nouveau curriculum d’études repose sur une formation aux compétences tout au long des deux cycles de deux années chacun. En première année, nous abordons un ensemble de connaissances fondamentales comme la biomécanique, la physiologie, l’anatomie, la cinésiologie, la technologie théorique et pratique, la santé publique, les sciences humaines... En deuxième année, ces enseignements seront poursuivis et approfondis, et incluront des bases relatives à l’étude des maladies (notamment, la sémiologie de l’appareil locomoteur).

A partir du second cycle (troisième et quatrième années), la rééducation appliquée aux pathologies constitue le point central de la formation. En parallèle, les stages hospitaliers et libéraux assurent la formation clinique, au contact des patients et avec l’aide des tuteurs de stage. Globalement, le deuxième cycle privilégiera les aspects cliniques, méthodologiques et scientifiques qui faisaient défaut jusqu’alors. Dans cet esprit, la rédaction d’un mémoire et la réalisation d’un stage professionnalisant de 12 semaines concluront la formation.

Le diplôme d’Etat sera attribué au vu d’un total de 240 ECTS
acquis au long des quatre années d’études
.  

 

 

 

Les moyens humains au service du projet

La mise en œuvre de ce dispositif de formation est assurée actuellement par une équipe enseignante comprenant 20 médecins et 80 kinésithérapeutes : leurs compétences d’enseignement reposent sur leur activité de terrain - au contact des patients - et sur la maîtrise reconnue de la discipline qu’ils enseignent. Auteurs de publications, titulaires de diplômes universitaires, disposant d’expériences de formation initiale et continue, chercheurs pour certain(e)s, les enseignants participent activement au projet pédagogique de l’EFOM. D’autres intervenants, physiologiste, ergonome, psychologue, juriste, attaché de recherche, universitaires, renforcent l’équipe enseignante. Une documentaliste participe à ce projet, en mettant à disposition des ressources documentaires et en accompagnant les étudiants dans la réalisation de leurs travaux écrits (dossiers, rapports de stage, mémoire,…).

A court terme, en ce qui concerne la formation, notre établissement sera conventionné avec l’Université Paris DIDEROT, ce qui permettra de consolider le processus d’universitarisation attendu  par la réforme.

Consultez la maquette du dispositif  - PDF (335 KO)