L’institut

Mot de Karine Langlois, directrice de l’IFMK

Présentation de l’IFMK

L’EFOM est une institution pionnière dans l’histoire de l'enseignement de la Masso-Kinésithérapie. Elle a participé à la naissance de la profession, à son évolution et à l’élaboration de ses connaissances. A l’EFOM, la formation repose sur les valeurs issues de son histoire et suit les orientations impulsées par Boris DOLTO et ses successeurs : approche manuelle, maîtrise des connaissances et esprit critique, sens clinique, centration sur le malade, éthique et attitude, intérêt pour la recherche au service des pratiques professionnelles.

L’EFOM est une Fondation reconnue d’Utilité Publique, dont le statut non lucratif rend possibles les investissements humains et matériels permettant la conduite de ses projets pédagogiques.

L’ensemble des ressources est alloué à la formation des étudiants. Aujourd’hui l’école est reconnue pour ses qualités de formation clinique, pédagogique et scientifique.  Nos dispositifs sont au service de la professionnalisation et de l’exigence dans les apprentissages, théoriques pour une maîtrise des fondamentaux, pratiques notamment au travers des thérapies manuelles et méthodologiques.

L'apprentissage de la Masso-Kinésithérapie développe des aptitudes spécifiques : perception gestuelle et habileté manuelle, raisonnement et sens « clinique », éthique et approche relationnelle. De plus, la diversité des situations rencontrées lors des stages (maladies, handicaps, contextes sociaux …), apprend au futur kinésithérapeute à s’adapter à chacun de ses patients.

Les chiffres clés de l’IFMK

132

années d'expérience depuis 1889

+ 6 000

diplômés depuis 1947

91

diplômés en 2020

91

% taux de satisfaction étudiants
2019-2020

Nos valeurs

Les valeurs portées par l’équipe de l’institut, et qui font sa notoriété, se fondent sur notre volonté du meilleur service rendu au patient, ce qui passe par une formation préparant au mieux l’exercice professionnel et le développement de l’étudiant en praticien.

Tout ouvrir

Chaque jour, les kinésithérapeutes prennent en charge plus d’un million de patients. Ils ciblent, par leurs pratiques de rééducation et selon un modèle biopsychosocial, les capacités et performances fonctionnelles de ces patients : la marche, la posture, l’équilibre, les transferts, la préhension…Il peut s’agir de restaurer ces fonctions, de prévenir leurs altérations ou de les suppléer selon les contextes de soin. Comme tous les professionnels de santé, le kinésithérapeute est au service des « Autres », ce qui exige des qualités personnelles, relationnelles et physiques guidées par des valeurs humaines et éthiques.

Les rencontres avec le savoir caractérisent un lieu de formation. Les dispositifs pédagogiques sont au cœur de nos préoccupations, notre souhait étant que les apprentissages des connaissances, des techniques, des pratiques, des méthodes de recherche et de raisonnement soient appropriés par ceux qui les mobiliseront face à leur patient. L’équipe s’emploie à travailler sur les options pédagogiques favorables aux apprentissages. Nous nous appuyons sur les piliers de l’apprentissage (Entrainement, auto-tests, …) et cherchons à mettre en œuvre les dispositions les plus favorables au développement des sens clinique, pratique et critique. Étant au cœur de la formation, nous attendons de nos étudiants une participation et une collaboration fructueuse.

La particularité du Masseur-Kinésithérapeute est d’être « l’instrument » du programme de rééducation qu’il envisage suite à son diagnostic MK. En effet, face aux diverses situations rencontrées, le kinésithérapeute apporte des réponses essentiellement « corporelles », réalisées à l’aide de techniques manuelles, gymniques, instrumentales. Les enseignants de l’EFOM ont toujours contribué au développement professionnel des techniques manuelles. Les étudiants bénéficient d’une formation exigeante et dense pour maîtriser habilement ces gestes, au travers de + 700 heures dédiées à la formation et à l'entraînement technique. Ces thérapies appliquées dans un contexte professionnel soulèvent les questions du toucher et d’accès au corps d’Autrui. Ainsi les questions d’éthique et de déontologie ne sont pas dissociables de l’enseignement de ces techniques.

La double affiliation du cursus de formation, universitaire et professionnalisant implique une formation par la recherche et une formation aux compétences cliniques. Notre conception est que la recherche soit au service du développement professionnel. Ainsi, la formation à et par la recherche est au centre du dispositif, asservie aux pratiques. Ce qui passe notamment par l’exploitation de la littérature scientifique et requiert une compréhension solide des méthodologies de recherche clinique et un développement éclairé de l’analyse critique de cette littérature, dont l’exploitation a pour finalité l’optimisation des pratiques du professionnel.

 

La section « recherche » de notre IFMK intègre 4 orientations principales

  • 1/ L’approche didactique de la formation à la recherche ;
  • 2/ La guidance des mémoires d’initiation à la démarche de recherche ;
  • 3/ La section novatrice de métrologie ;
  • 4/ Le suivi des travaux expérimentaux sur sujets sains.

L’équipe de l’IFMK EFOM

Une équipe de pilotage pédagogique et administratif assure une ingénierie de la formation innovante et dynamique, ainsi que la coordination des enseignements. L’équipe des enseignants est constituée de cliniciens praticiens exerçant dans les différents champs d’intervention (musculo-squelettique, neuro-musculaire, cardio-respiratoire) et de chercheurs kinésithérapeutes (docteur en sciences).

La direction

Karine LANGLOIS

Directrice de l’IFMK
  • PhD ENSAM Biomécanique
  • Cadre de santé
  • Masseur Kinésithérapeute,
  • Chercheur associée de l’IBHGC
  • Enseignante en biomécanique

Fabienne MARIZY

Adjointe à la directrice de l’IFMK
  • Cadre supérieure de santé
  • Masseur-kinésithérapeute
  • Enseignante en Santé Publique

Une équipe de pilotage pédagogique inventive

Le suivi des enseignements et des stages, l’accompagnement des étudiants, le dialogue avec leurs représentants sont assurés par des référents pédagogiques pour chacune des quatre promotions.

Adrien MAILLET

Référent pédagogique de 1e année
  •  Masseur kinésithérapeute
  •  Exercice libéral
  •  Ingénieur ESILV

Aurélie MORICHON

Référente pédagogique de 1e année
  • Masseur kinésithérapeute
  • Master Sciences, Technologies, Santé

Thomas DAVERGNE

Référent pédagogique de 2e année
  • PhD recherche clinique
  • Masseur- kinésithérapeute
  • Exercice libéral

Voir les publications

Henri De NORAY

Référent pédagogique de 2e année
  • Masseur- kinésithérapeute
  • Master 1 Sciences Humaines et Sociales

Edson GENDREY

Référent pédagogique de 3e année
  • Masseur-kinésithérapeute
  • Exercice libéral
  • Spécialité MsK

Juliette GODARD

Référente pédagogique de 3e année
  • Masseur kinésithérapeute
  • Master 2 Recherche
  • Master 2 Santé

Laure COMBOURIEU

Référente pédagogique de 4e année
  • PhD Recherche clinique
  • Masseur-kinésithérapeute

Voir les publications

Thomas OSINSKI

Raisonnement clinique et métrologie
  • PhD Recherche clinique
  • Masseur-kinésithérapeute
  • Expertise MsK et douleur

Voir les publications

Samuel POLITZER

Référent pédagogique de la formation clinique
  • Masseur kinésithérapeute
  • Exercice libéral
  • Expert pédiatrie

Une équipe administrative impliquée

Plusieurs assistantes assurent le fonctionnement quotidien de l’IFMK et travaillent avec les référents pédagogiques. Elles participent également à l’organisation administrative avec la direction : gestion des plannings, des cours, des examens, des résultats et organisation administrative des stages.

Manon ADAMCZEWSKI

Assistante administrative de la scolarité

Nawel ESSAHRAOUI

Assistante administrative de la directrice

Laetitia GIRARD

Assistante administrative chargée de la programmation

Corinne LAMIRAULT

Assistante administrative des stages

Ressources documentaires

Adeline MORIN

Documentaliste
  • Diplôme de gestionnaire de l’information (ICP)
  • Chargée des ressources numériques et pédagogiques

Les enseignants cliniciens

Juliette BARBERI

Enseignante dans le champ cardio respiratoire
  • Praticienne hospitalière

Théo BERRIAT

Enseignant en technologie
  • Exercice libéral

Denis BLANCHARD

Enseignant en pédiatrie
  • Exercice libéral

Céline BONNYAUD

Enseignante en neurologie
  • PhD
  • Chercheur ERPHAN

Vilma BOURATROFF

Enseignante en Sciences humaines
  • Cadre de santé

Bertrand CASARI

Enseignant en musculo-squelettique
  • Exercice libéral

Alexandre CAZENOVES

Enseignant en musculo-squelettique
  • Exercice libéral

Anthony COFFEY

Enseignant en langue Anglaise
  • Exercice libéral

Patrick COLNE

Enseignant en musculo-squelettique
  • PhD

Nicolas COUSI

Enseignant en musculo-squelettique
  • Exercice libéral

Santiago DEL VALLE

Enseignant en musculo-squelettique
  • Exercice libéral

Dominique DELPLANQUE

Enseignant dans le champ cardio-respiratoire
  • Exercice libéral

Jean-Yves DEPARDIEU

Enseignant en neurologie pédiatrique
  • Exercice libéral en cabinet et halte garderie "Trotte lapin"
  • Formateur à l'Institut Motricité Cérébrale

Voir Trotte lapin
Voir l'Institut Motricité Cérébrale

Clotilde GOURNAY

Enseignante en neurologie adulte
  • Praticienne hospitalière

Michel DUFOUR

Enseignant en anatomie et technologie
  • Membre de la société anatomique de Paris
  • Auteur d'ouvrages de référence en anatomie et kinésithérapie

Pierre DUMAS

Enseignant en musculo-squelettique
  • Cadre de santé

Christian FAUSSER

Enseignant dans le champ cardio-respiratoire
  • Cadre de santé

Stéphane KIRSCHER

Enseignant en neurologie adulte
  • Exercice libéral

Matthieu LACOMBE

Enseignant en neurologie et champ respiratoire
  • Praticien hospitalier

Théo MAULET

Enseignant en neurologie
  • Praticien hospitalier ERPHAN

David MERCIER

Enseignant en musculo-squelettique
  • Exercice libéral

Brigitte MARCHAL BOUCHOT

Enseignante en neurologie adulte
  • Cadre de santé
  • Praticienne hospitalière

Philippe PAUMARD

Enseignant en musculo-squelettique
  • Exercice libéral

Olivier SAMSON

Enseignant en Sciences humaines
  • Cadre de santé

Clémentine SIMÉON

Enseignante en rééducation périnéale
  • Exercice libéral

Lionel TOURNAY

Enseignant en musculo-squelettique
  • Cadre de santé

Olivier VALEANU

Enseignant en musculo-squelettique
  • Exercice libéral

Philippe WAGNER

Enseignant en biostatistiques
  • Masseur-Kinésithérapeute
  • Chercheur

Christian BOUCHOT

Enseignant
  • Docteur en médecine
  • Kinésithérapeute

Christophe DANIEL

Enseignant en neurologie

Docteur en médecine

Jean-Marc DURAND

Enseignant
  • Docteur en médecine

Joël LADNER

Enseignant en épidémiologie

Docteur en médecine

Guillaume ODRI

Enseignant en pathologie et sémiologie musculo-squelettique
  • Docteur en médecine
  • MdC UP

Sydney SEBBAN

Enseignant en pédiatrie
  • Docteur en médecine

Jonathan STAMMERS

Enseignant en langue anglaise
  • Exercice libéral

L’équipe support de la Fondation

L’IFMK bénéficie des services support de la Fondation : Informatique, ressources humaines, mission handicap.

La fondation EFOM, un statut singulier

La totalité des biens matériels et immatériels de l’EFOM a été légué à la Fondation afin que ses nouveaux objectifs puissent être réalisés. Le statut de Fondation, reconnue d’Utilité Publique, garantit une gestion désintéressée, sans but lucratif.

Agrément & Tutelles

L’IFMK EFOM est agréé par les tutelles : Ministère des Solidarités et de la Santé et service déconcentré l’ARS, Région d’Ile-de France, Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI). L’EFOM est déclarée en tant qu’établissement d’enseignement supérieur privé auprès du Rectorat de Paris. Les disciplines enseignées (théoriques et pratiques), les stages cliniques et les examens sont établis en fonction du cadre réglementaire fixé par le ministère de la Santé.  

Agrément de l’IFMK par la région Île-de-France

L’IFMK soumet l’organisation, le fonctionnement et le projet de l’institut à la région Ile de France, qui est chargé de délivrer un agrément sous la forme d’un arrêté d’autorisation de fonctionnement pour une période de 5 ans. Aujourd’hui le fonctionnement est couvert par l'arrêté 2019-301 du 6 Novembre 2019 signée par la présidente de Région, Valérie Pécresse.

Textes réglementaires de la formation

Instances de gouvernance

Le fonctionnement de l’institut s’inscrit dans la gouvernance des Instituts de formation paramédicaux (arrêté du 21 avril 2007 modifié) avec 4 sections pédagogiques, composées de membres élus et désignés, qui siègent à chacune de ces instances.

Quel est son rôle ?

Elle émet un avis sur :

  • le budget de l'institut, dont les propositions d'investissements
  • les ressources humaines : l'effectif et la qualification des différentes catégories de personnels ;
  • la mutualisation des moyens avec d'autres instituts ;
  • l'utilisation des locaux et de l'équipement pédagogique ;
  • le rapport annuel d'activité pédagogique
  • les contrats pluriannuels d'objectifs et de moyens ;
  • les bilans annuels d'activité des sections pédagogique, disciplinaire et de la vie étudiante ;
  • la cartographie des stages ;
  • l'intégration de l'institut dans le schéma régional de formation

Elle valide :

  • le projet de l'institut, dont le projet pédagogique et les projets innovants ;
  • le règlement intérieur
    la certification de
  • l'institut si celle-ci est effectuée, ou la démarche qualité.

Qui siège ?

Les membres de droit :

  • Monsieur Martin BEGAUD, représentant le directeur général de l’Agence Régionale de Santé,
  • Madame Karine LANGLOIS, directrice de l’IFMK EFOM,
  • Monsieur Franck LAGUENS, directeur général de l’organisme gestionnaire / président du Directoire de la Fondation,
  • Professeur Hawa KEITA-MEYER, représentant le président de l’Université de Paris,
  • Professeur Johann BEAUDREUIL, enseignant de statut université, Université de Paris,
  • Docteur Sydney SEBBAN, médecin participant à l’enseignement,
  • Madame France MOUREY, conseillère scientifique paramédical,
  • Madame Aurélie MORICHON, responsable de la coordination pédagogique,
  • Monsieur Adrien MAILLET, responsable de la coordination pédagogique,
  • Monsieur Thomas DAVERGNE, responsable de la coordination pédagogique,
  • Monsieur Lionel TOURNAY, responsable de la coordination pédagogique,
  • Madame Laure COMBOURIEU, responsable de la coordination pédagogique,
  • Monsieur Thomas OSINSKI, responsable de la coordination pédagogique,
  • Madame Brigitte MARCHAL, cadre de santé dans un établissement public,
  • Monsieur Pierre DUMAS, cadre de santé dans un établissement privé,
  • Madame Fabienne MARIZY, représentante du personnel administratif de l’institut

Les membres élus :

Représentants des étudiants 2020/2021

1ère année

  • Monsieur Martin LACROIX
  • Monsieur Gabriel DELLUS

2ème année

  • Madame Clara RODRIGUES
  • Monsieur Yann LUTHRINGSHAUSER

3ème année

  •  Madame Amélie PRIOU
  •  Madame Julie PUCHE

4ème année

  • Monsieur Mathieu BOULAS
  • Madame Emilie PASQUIER

Représentants des Enseignants 2018/2021

  • Monsieur Michel DUFOUR, 1ère année,
  • Docteur Jean-Marc DURAND, 2ème année,
  • Monsieur Alexandre CAZENOVES, 3ème année,
  • Monsieur Samuel POLITZER, 4ème année

Quel est son rôle ?

La section rend des décisions sur les situations individuelles suivantes :

  • 1. Étudiants ayant accompli des actes incompatibles avec la sécurité des personnes prises en charge ;
  • 2. Demandes de redoublement formulées par les étudiants ;
  • 3. Demandes d'une période de césure formulées par les étudiants.

 

Qui siège ?

  • La directrice ou son représentant
  • Des représentants des formateurs 
  • Des représentants des étudiants

Quel est son rôle ?

La section compétente pour le traitement des situations disciplinaires prend des décisions relatives aux fautes disciplinaires.
À l'issue des débats, la section peut décider d'une des sanctions suivantes :

  • avertissement,
  • blâme,
  • exclusion temporaire de l'étudiant de l'institut pour une durée maximale d'un an,
  • exclusion de l'étudiant de la formation pour une durée maximale de cinq ans.

Qui siège ?

  • Des représentants des formateurs 
  • Des représentants des étudiants

Commission d’Attribution des Crédits

Quel est son rôle ?

Son rôle est d’attribuer les crédits européens de formation (ECTS) correspondant aux résultats des étudiants, de valider les stages et de se prononcer sur les parcours des étudiants.

Qui siège à la CAC ?

  • La directrice qui la préside ;
  • Les référents pédagogiques ;
  • Le référent universitaire ;
  • Des représentants des tuteurs de stages (hospitalier et libéral).

Conseil scientifique

Le rôle du conseiller scientifique est d’éclairer la stratégie de l’IFMK. Le conseiller scientifique siège dans les instances de gouvernance de l’IFMK.

 

France MOUREY est kinésithérapeute et professeur d’Université à l’Université de Bourgogne.

Elle est présidente de la section CNU 91 des sciences de la rééducation, créée en 2019.

 

Ses domaines d’expertise clinique et scientifique sont :

  • L’évaluation de l’équilibre et de la marche chez le sujet âgé et rééducation ;
  • La fragilité des fonctions motrices ;
  • Les questions éthiques dans le cadre de la vulnérabilité; l’évaluation et l'entraînement des fonctions motrices dans le cadre de la maladie d’Alzheimer ;
  • La rééducation gériatrique.

L’Université de Paris

L’Université de Paris, née de la fusion de Paris Diderot (P7) et Paris Descartes (P5), est partenaire d’admission et de la formation de notre IFMK. Ce partenariat s’inscrit dans le cadre de l’universitarisation des formations paramédicales (arrêté du 2/09/2015). Notre partenariat de formation se décline selon les 5 axes.

Les étudiants volontaires peuvent suivre ce double cursus pendant leur quatrième année. Du fait du partenariat et du renforcement des enseignements au cours du cursus commun à l’EFOM, les étudiants qui s’engagent dans cette voie auront à suivre les enseignements du master 1 qui permettront de valider 34 ECTS du master 1.

L'exercice professionnel de la kinésithérapie requiert une formation solide aux connaissances médico-chirurgicales dans les différents champs : musculo-squelettique, neuromusculaire, cardio respiratoire et tégumentaire. C’est un préalable indispensable à la compréhension et à la décision de l’intervention voire de la non-intervention et de la réorientation. Ces connaissances concernent les étiologies, les diagnostics et examens cliniques et paracliniques, les tableaux cliniques, les évolutions naturelles des maladies, les thérapeutiques, les complications…

La plus grande partie de ces enseignements sont assurés par les médecins et chirurgiens des GHU rattachés à l’UP.

Dans le cadre de l’universitarisation de la formation, l’EFOM a signé une convention tripartite avec l’UP et la région IdF. L’intégration aux instances de l’UP est effective depuis septembre 2018. Des projets enseignement et recherche sont développés au sein du département des Sciences de la Rééducation rattaché à la Faculté de Santé de l’UP. Le département est conduit par le Professeur Johann Beaudreuil et le docteur Christelle Nguyen.

Voir le DE de Masseur-Kinésithérapie à l’Université de Paris

Les acteurs des différentes formations de santé de la faculté de santé conçoivent et mettent en œuvre des séances de formation interprofessionnelle au travers du SERSAN (Service Sanitaire, Arrêté du 12 juin 2018 relatif au service sanitaire des étudiants en santé) et de la préparation aux pratiques professionnelles collaboratives.

Le professeur Johann Beaudreuil, PUPH, est, pour l’IFMK EFOM, le référent de l’université de l’UP. Il siège aux instances de gouvernance de l’IFMK et a, dès le début, en collaboration avec la direction de l’IFMK contribué au projet l'universitarisation avec la volonté d’impulser des ambitions de niveau universitaire, comme l'intégration à un double cursus exigeant (master 1 de santé publique de l’UP parallèlement à la quatrième année de formation MK) et comme une formation méthodologique solide à la recherche clinique.

Témoignages étudiants

Antonin SIEYE , 4e année 2020-2021 : en double cursus

"Le Master de Santé Publique se compose de deux UE (Epidémiologie et Biostatistiques) très axées sur la recherche en santé.

 

  • L'UE 1 d'Epidémiologie reprend une par une les différents types d'études que vous avez déjà pu voir (ECR, étude cas-témoins, revue systématique...) dans le but de les approfondir et de comprendre comment en créer une en limitant au maximum les biais etc. Cette UE est vraiment intéressante et diffère beaucoup des enseignements de Santé Publique dispensés en K1 à l'EFOM. Les profs sont très disponibles et rendent les cours ludiques. Cette UE nécessite très peu de travail personnel.
  • L'UE2 de Biostatistiques se constitue de deux parties. Une première très pénible reprenant les bases théoriques des statistiques (beaucoup de rappel de mathématiques de lycée et de probabilités de PACES pour ceux venant de cette filière). Une seconde plus pratique avec l'utilisation du logiciel R. Le logiciel est assez compliqué à prendre en main, j'ai personnellement réalisé un MOOC (cours gratuit en ligne) durant mon année de K3 qui m'a permis d'avoir de très bonnes bases pour appréhender l'année. Ce codage informatique est la partie la plus difficile de ce Master et nécessite quelques heures de travail personnel par semaine (en fonction de vos facilités avec ce type de langage).

Le Master est vraiment intéressant en termes de compréhension et d'analyse pour la littérature scientifique. L'UE1 permet vraiment de mieux s'en sortir dans les différents types d'études auxquelles vous pourrez être confrontés lors de la réalisation du mémoire. La partie statistique aussi a son intérêt pour le mémoire, pour les protocoles notamment (voire méta analyses) pour lesquels vous devrez probablement utiliser un logiciel comme R.

 

Un point important à savoir est que ce Master 1 ouvre beaucoup de portes différentes dans le domaine de la recherche et autre encore. 9 Master 2 sont disponibles directement avec l'université de Paris mais le M1 vous permet de postuler (et d'avoir un bagage) pour n'importe quel M2 d'autres facs.

 

En revanche, ce double cursus nécessite une bonne organisation et une rigueur (Évaluation chaque semaine). Le maximum d'avance pris en K3 jusqu'au mois de Septembre pour le mémoire sera le mieux. Il est très pénible et parfois impossible de devoir switcher entre les cours de la fac et les cours de l'école. J'ai eu la chance de pouvoir suivre les enseignements en distanciels à partir du second confinement, mais ce ne sera pas forcément possible pour vous, auquel cas il faudra compter sur vos camarades pour vous permettre d'avoir les cours magistraux, et rattraper les TD dans d'autres groupes."

Valentin GOREAU, 4e année 2019-2020 : en double cursus

« Le master commence courant octobre. Les cours des UE 1 et 2 ont lieu jusqu’en janvier et les partiels ont lieu début février. L’UE1 concerne l’épidémiologie. Il y a deux sessions de deux heures par semaine avec une heure de cours et une heure de contrôle continu par cours. Cette UE reprend principalement les différents types d’études cliniques. Je connaissais déjà l’essentiel avec les cours de l’EFOM. L’UE 2 concerne les biostatistiques. Il y a deux sessions de deux heures par semaine, une session de cours et une autre de TD qui comprend un quizz de contrôle continu. L’UE2 vise à comprendre les aspects théoriques des biostatistiques et à effectuer des tests statistiques et des descriptions graphiques avec Rstudio. Il s’agit de l’UE qui nécessite le plus d’investissement, soit environ 2 à 3 heures de travail personnel par semaine pour être à l’aise au fur et à mesure. Probablement à éviter si les mathématiques vous ont laissé un mauvais souvenir… Apprendre à coder sur R studio demande effort et patience. Les cours ont lieu le lundi de 14h à 18h, le mercredi et le jeudi de 16h à 18h, à Bichat. Le M1 demande un certain investissement dans une année déjà chargée, notamment par le mémoire. Il permet notamment de mieux comprendre les aspects méthodologiques et biostatistiques des études. L’ambiance laisse néanmoins à désirer, la classe est de 40 personnes et les profs sont distants. Le M1 se finit par un stage de deux mois en laboratoire de recherche ».

Lucie BOULESTREAU & Magali ALIBERT , 4e année 2019-2020 : participation à la simulation interprofessionnelle

« La formation interprofessionnelle se déroule sur deux demi-journées durant lesquelles des activités seront proposées, notamment :

 

  • Des échanges sur la vision personnelle de rôles et compétences propres à chaque profession concernée (podologue, AS, médecins, infirmier(e)s, kinésithérapeute). Cette première activité se déroule en discussion à la manière d'un speed dating autour de cinq thèmes proposés. Nous devons écrire nos ressentis sur un post-it. À la fin de ces échanges, nous mettons en commun les post-it regroupés par profession. Cette activité a pour intérêt de souligner les points communs des représentations que nous avons des autres professions, puis de les confronter aux témoignages de la profession concernée. S’il existe des décalages entre les représentations et les témoignages, nous discutons sur les possibles raisons à ces divergences. Cette confrontation a permis de prendre conscience de ces décalages, d’apprécier les compétences de chacun et de faire évoluer nos représentations.

 

  • Une mise en situation durant laquelle plusieurs étudiants des différentes professions se retrouvent chez un patient. L’objectif est de déterminer les besoins du patient. Dans un second temps, un staff sans la présence du patient a lieu afin de réaliser le plan de soin du patient de façon coordonnée. Cette séquence a permis de faire émerger des échanges et de définir les besoins du patient, non pas en fonction des champs d'activités de chacun des professionnels, mais de manière plus globale. Ainsi, concerter ces différentes représentations contribue à se rapprocher d’une vision plus fidèle et complète. Les objectifs établis sont plus concordants aux besoins du patient. Elle a également permis de voir que nous avons tous une représentation différente et orientée du patient et de ses problématiques. C'est une approche intéressante dans la mesure où nous n’avons pas l'occasion de nous retrouver avec d'autres professionnels hormis lors des stages pendant nos études ».